Ebersberg, "la perle à l'est de Munich"

Le nom du chef-lieu Ebersberg est inscrit pour la première fois en 906, bien que la fondation de la ville eût lieu selon la chronologie écrite au milieu du XI ème siècle sous le règne du roi Karlmann (876-880). Selon la légende, le comte Sieghart, chassa un gros sanglier (en allemand, Eber) qui disparut dans une grotte dont l’entrée fut détruite aussitôt par Sieghart. A cet endroit, une chapelle et un châteauont été édifiés. Le petit-fils du comte Sieghart, le comte Eberhard Ier construit un monastère et une petite église pour les chanoines Augustins. En 931, le premier abbé, Hunfried ramena à Ebersberg de précieuses reliques de son voyage à Rome, parmi lesquels se trouvait le crâne de St Sébastien. C’est ainsi que commença le pèlerinage de St Sébastien, le plus important du sud de l’Allemagne. Après la disparition des comtes d’Ebersberg, en 1045 une grande partie de leur propriété passa au monastère qui avait été occupé entre temps par des bénédictins. Au fil des siècles, des milliers de pèlerins se mirent en route pour Ebersberg, pour demander l’aide de St Sébastien, le patron de la peste et de la mort soudaine ; parmi eux des empereurs et des rois. En 1446, l’abbé Eckhard fonda la confrérie de St Sébastien, qui subsiste encore. Avant que Munich et Wasserburg n’existent, Ebersberg était le centre religieux, commercial et culturel entre l’Inn et l’Isar. Durant presque 900 ans, l’histoire d’Ebersberg était marquée par son monastère. Jusqu’en 1808 les Augustins, les Bénédictins, les Jésuites et les Maltais habitèrent le monastère. Dés le XIIIéme siècle, Ebersberg obtint le droit de marché et fut proclamé « ville » le 12 juin 1954.

La mairie

La mairie est, pour la Bavière du sud, une des constructions profanes les plus intéressantes de la fin du Moyen Age. En 1529, sous l’abbé Léonhard II, une auberge fut édifiée sur les fondations et les voûtes de l’ancienne taverne. Le bâtiment historique se caractérise particulièrement par des voûtes en berceau brisé, dans le hall du rez-de-chaussée et dans le cabinet du maire, ainsi que dans la salle de conférence par son plafond en bois sculpté, décoré d’ornements gothiques. En 1873, la commune acquit l’auberge pour la transformer en mairie.

L’église paroissiale Saint-Sébastien

Jadis église d’ordre monastique, aujourd’hui église paroissiale, elle subit maintes rénovations réunissant plusieurs styles architecturaux, allant du roman au gothique, de la renaissance au baroque, du rococo au classicisme. A l’intérieur de l’église, le tombeau du comte Ulrich et de son épouse Richardis, une œuvre historique importante, fut construit sous l’ordre de l’abbé des bénédictins Sébastian Häfele (1472-1500) par le sculpteur Wolfgang Leeb, de Wasserburg, vers la fin du XV éme siècle. La chapelle baroque St Sébastien (1668-1671) avec son buste gothique présidentielle en argent est également une œuvre de grande valeur historique.

Le belvédère

Le belvédère fut construit en 1914 sur la colline « Ludwighöhe » (35 mètres de hauteur env.). Par beau temps, le visiteur sera récompensé de sa montée par une vue splendide sur les 424 sommets des Alpes.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris